Le procès de Salem

Avr 14, 2021 | Spiritualité

Quand on parle de sorcellerie, l’un des premiers événement qui vient en tête est le procès de Salem.Le plus gros, le plus connu procès de sorcières de l’histoire des États-Unis. Aujourd’hui encore, on peine à expliquer ce qui a pu réellement se passer. Ce qui est certain, c’est que la bigoterie, la peur, et l’isolationnisme ne font pas bon ménage. Si tu souhaites écouter cet épisode, retrouve l’épisode 29 de mon podcast, le procès de Salem !

Contexte historique

Jeune colonie, fragile, située dans le Massachusetts, on trouve Salem ville (riche et prospère puisque tournée vers la mer) et Salem village (pas vraiment riche du coup). En proie à de nombreuses et incessantes attaques des Amérindiens, les colons ne peuvent même pas compter sur la protection de leur pays d’origine (l’Angleterre) qui tarde à envoyer un nouveau gouverneur sur place. Donc la situation de départ est assez caduque. Des colons protestants assez bigots, un cruel manque de ressource d’un côté, des rivalités entre familles et un environnement hostile, une situation politique très instable. Bref c’était pas la joie à Salem.

A l’époque, des accusations de sorcellerie, ça ne se prend pas à la légère. Pour nos gentils colons de l’époque, c’est Satan, qui, pour ennuyer Dieu, son célèbre rival, s’était créé sa contre église de sorciers et de sorcières. Ces gens étaient donc chargés par Satan lui-même de rependre les pires maux sur les braves croyants. Empoisonnement de bétail, de puits, mauvaises récoltes etc …Il va sans dire que les « braves » gens de l’époque étaient sans pitié envers les supposés sorciers et sorcières. Un procès en sorcellerie se terminait en général assez mal pour l’accusé.

En Europe, bien que l’on est été très friand de procès en sorcellerie durant de longs siècles, à partir de 1650 on commence à se calmer un peu (non sans avoir massacré, torturé de pauvres suspects à la pelle pendant tout ce temps). Mais pour nos colons de la lointaine Amérique, on n’en est pas à ce stade de progressisme.

Salem, un an d’exécutions et de terreur

Voila pour la mise en place (rapide) du contexte. Tout commence en 1692, lorsque la propre fille du pasteur ainsi que deux de ses amies commencent à se comporter de façon fort étrange. Convulsions, hallucinations, crises de panique, bref ça commence à sentir la possession démoniaque à Salem (ou selon nos historiens modernes un empoisonnement à l’ergot de seigle) .Petit à petit, plusieurs jeunes filles de cet agréable village ( l’ironie est de mise) semblent elles aussi être possédées par le Diable. C’est la panique, il faut faire quelque chose. En février 1692, on arrête trois femmes, dont une qui confesse son usage de la sorcellerie.

Hop, ni une ni deux, en prison à Boston toutes les trois. On aurait pu penser que cela calme notre douce ville de Salem. Pas du tout. Malgré un jour de jeune collectif décrété par l’assemblée du Massachusetts, des prières et des sermons, rien n’y fait. Toute la petite colonie bascule dans l’hystérie.

On dénonce des sorcières de partout, dans tous les villages environnants. Le nouveau gouverneur local décide de passer à la vitesse supérieure. La prison ? Pas assez efficace. Alors ce gouverneur décide de monter une cour spécialement dédiée à cette affaire. Elle se compose de 6 magistrats. Entre juin et septembre 1692, on fait pendre 19 personnes (14 femmes et 5 hommes) sur la nouvellement nommée « Coline aux Sorcières ». Un vieil homme refusant de se défendre sera condamné à être écrasé par des pierres (pour info le supplice a duré 3 jours).

Alors, comment prouver que l’on a en face de soi des sorcières? On assiste à des scènes déplorables, atteignant la dignité des accusé.e.s. Les juges cherchent un « téton de la sorcière » pour nourrir la progéniture du Diable.Ou on force les accusé.e.s à chanter des psaumes, vu qu’en cas de possession satanique on en serait incapable. On tente de déceler une accointance avec le surnaturel.En gros, du grand n’importe quoi.

Mais, on commence a reprendre ses esprits à Boston. La cour spéciale est dissoute, les accusé.e.s encore en prison sont enfin libéré.es.L’un des magistrats ira jusqu’à s’excuser publiquement en confessant sa honte et sa culpabilité.En 1702 les tribunaux de sorcières sont déclarés illégaux. En 1711, l’état indemnise les derniers accusés encore vivants.

Les victimes de Salem

Il est impossible de faire une liste de tous les accusés lors de cette affaire (on en a dénombré à peu près 200), mais certains ont traversé l’histoire.Les trois premières accusées sont trois femmes. La seule ayant confessé son usage de la sorcellerie était la servante du pasteur de Salem. Il faut savoir qu’à l’époque, pour se sortir d’une condamnation à mort comme à Salem, il n’y a que deux options :

  • être enceinte, ce qui a pour effet de décaler l’exécution jusqu’à la naissance de l’enfant
  • dénoncer quelqu’un d’autre.

Alors on dénonce tout azimut. On ferait n’importe quoi, on dénoncerait n’importe qui pour sauver sa peau. Les gens sont dans une angoisse pas possible, certains quittent la région. Les champs sont à l’abandon, les animaux aussi. L’ambiance n’est pas à la rigolade.Des innocents et surtout des innocentes, des personnes âgées, des mendiantes, des veuves, voir même des fillettes. Personne n’est à l’abri. Même des vieilles femmes, fréquentant assidument l’église sont condamnées. Comme d’habitude, il est plus facile de s’en prendre aux faibles, aux femmes, aux veuves, aux célibataires, aux mendiantes.

Si le degré de l’horreur de ce procès est moindre que pendant l’Inquisition en Europe, les différents procès sont bien vite expédiés. Les accusés n’avouent pas ? Pas de problème, on trouve des preuves. On en trouve pas ? On les remet en prison.Vu l’état déplorable des prisons de l’époque, les accusés n’y survivent pas bien longtemps.

Décompte des victimes :

  • 5 morts en prison (dont un bébé et trois femmes)
  • 20 pendus (dont 14 femmes)
  • 1 morte par noyade
  • 1 par écrasement

Pour conclure

Le procès de Salem aura été le plus gros du genre dans l’histoire des États-Unis. Mais heureusement, il aura aussi été le dernier. En Europe, on avait déjà levé le pied sur ce genre de pratique, mais on a commis des massacres bien plus importants qu’à Salem. On estime à 60 000 le nombre de victimes de chasses aux sorcières.

Vis pour toi !

5 1 voter
Évaluation de l'article

Mes derniers articles

Les célébrations de Beltane

Les célébrations de Beltane

L'article de la semaine est consacré aux célébrations de Beltane. C'est l'une des fêtes les plus importantes pour les wiccans, et encore plus spécialement pour les amoureux ! Pour retrouver...

lire plus

Copyright © 2021

Marion PERRIN | Mentions Légales | Politique de Confidentialité | Tous droits réservés